Réflexions des Parents d'Elèves

Ce forum se veut un lieu d'échange de formation et d'information entre tous ceux qui se sentent concernés par le devenir de l'élève.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  ConnexionConnexion  Aller sur le site de la FCPE nationaleAller sur le site de la FCPE nationale  
FCPE VOSGES - 4 QUAI DES BONS ENFANTS - 88000 EPINAL - TEL 03.29.82.43.91 - VISITEZ NOTRE NOUVEAU SITE INTERNET / http://88.fcpe-asso.fr/ -
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Nombre de visiteurs :
Horloge
Navigation
 Accueil
 Forum
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Stats
Partenaires
forum gratuit Annuaire des forums
Tchat Blablaland
Décembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
CalendrierCalendrier
Statistiques
Nous avons 72 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est cjdr

Nos membres ont posté un total de 1614 messages dans 918 sujets
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité :: 1 Moteur de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 59 le Jeu 24 Fév 2011 - 19:51

Partagez | 
 

 Déclaration liminaire au CSE du 22 mai 2008

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
FCPE Vosges

avatar

Nombre de messages : 1642
Localisation : VOSGES
Date d'inscription : 24/03/2005

MessageSujet: Déclaration liminaire au CSE du 22 mai 2008   Ven 23 Mai 2008 - 12:33

Déclaration liminaire au CSE du 22 mai 2008


Le Ministre doit entendre.

Depuis maintenant trois mois, des dizaines de milliers de lycéens, de parents d’élève, d’enseignants, de personnels manifestent leur opposition aux 11 200 suppression de postes annoncées pour la rentrée 2008 et aux différentes réformes annoncées sans concertation mais avec grand renfort médiatique.

Mais le Ministre n’entend pas. Il accuse les uns d’être manipulés, les autres de grévistes rituels, les parents FCPE d’être contre les parents. Bouffons, fainéants, incohérents ne sont pas les qualificatifs dont on affuble ceux avec qui on veut ouvrir un dialogue.

Dans leur quasi unanimité, syndicats et associations refusent la mise en cause de la maternelle, la conception passéiste de l’instruction avec des programmes qui considèrent les élèves comme des entonnoirs passifs et soumis.

Mais le Président n’écoute pas, méprise et provoque, en annonçant le soir d’énormes manifestions, un projet de loi visant à établir un service minimum en cas de grève…

Oui, la grève représente une gêne pour les parents. Mais oui, le dialogue c’est mieux que la grève.

Mais qui refuse d’écouter ? Qui n’entend rien ? Qui prend le risque de la grève ?

Sachez, Monsieur le Ministre, que nul n’est dupe : Quand vous parlez d’un service minimum -impossible à réaliser tant d’un point de vue constitutionnel que juridique ou matériel dans les 22 000 communes concernées - nous savons que vous ne cherchez qu’à détourner le débat pour ne pas parler de l’essentiel : l’Education de notre jeunesse !

Comment faut-il le dire pour être entendu ?

Faut-il un cyclone ? Un tremblement de terre ? Pour que le « marbre » du ministre laisse place à un être humain qui sache écouter ?

Des milliers de manifestants disent oui aux réformes, oui aux transformations du système éducatif afin que ce système permette vraiment la réussite de tous les élèves et prépare la société de la connaissance.

Des milliers de manifestants disent non à toutes les logiques commerciales qui n’ont pour seuls effets que :la destruction du service public d’éducation, la mise en concurrence des établissements, conséquence de la suppression de la carte scolaire, la perte de 72 heures d’enseignement par an pour tous les enfants de 3 à 12 ans, la surcharge des classes, la disparition programmée des RASED et l’externalisation de l’aide en difficultés, la suppression des filières, la suppression d’options, la mise en danger des filières professionnelles du BEP au BAC- pro 2ans. A cela s’ajoutent les projets rétrogrades des nouveaux programmes en primaire, le choix des heures supplémentaires, la précarité du moyen, s et le retour de l’apprentissage junior à 15 ans.

Le ministre n’entend ni les oui aux besoins d’une politique ambitieuse pour l’éducation, ni les non aux objectifs idéologiques correspondant à une vision fantasmée du passé, ni les non aux suppressions de poste et à la précarisation des moyens.

En toute indépendance, fidèle à ses valeurs fondatrices que sont la laïcité, l’égalité, son attachement à la qualité du service public d’éducation, la FCPE, première fédération de parents d’élèves, forte du soutien de tous les parents qui, encore cette années, ont voté pour elle, demande, en toute légitimité, que le ministre, le gouvernement, le Président de la République entendent enfin l’inquiétude, le désarroi, la colère, et la forte opposition aux méthodes employées et aux textes proposés actuellement.
Revenir en haut Aller en bas
http://fcpe88.forumactif.com
 
Déclaration liminaire au CSE du 22 mai 2008
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Déclaration de grossesse et autres papiers...
» Prestations - CAF et impôts, une seule déclaration
» Déclaration de grossesse et satut (libéral/salarié)
» déclaration indemnités journalières etc
» 1ère déclaration de revenus

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Réflexions des Parents d'Elèves :: Le conseil départemental des Vosges :: Communiqués de presse-
Sauter vers: