Réflexions des Parents d'Elèves

Ce forum se veut un lieu d'échange de formation et d'information entre tous ceux qui se sentent concernés par le devenir de l'élève.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  ConnexionConnexion  Aller sur le site de la FCPE nationaleAller sur le site de la FCPE nationale  
FCPE VOSGES - 4 QUAI DES BONS ENFANTS - 88000 EPINAL - TEL 03.29.82.43.91 - VISITEZ NOTRE NOUVEAU SITE INTERNET / http://88.fcpe-asso.fr/ -
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Nombre de visiteurs :
Horloge
Navigation
 Accueil
 Forum
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Stats
Partenaires
forum gratuit Annuaire des forums
Tchat Blablaland
Juin 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
CalendrierCalendrier
Statistiques
Nous avons 72 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est cjdr

Nos membres ont posté un total de 1614 messages dans 918 sujets
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 6 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 6 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 59 le Jeu 24 Fév 2011 - 19:51

Partagez | 
 

 RESF

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
FCPE Vosges

avatar

Nombre de messages : 1642
Localisation : VOSGES
Date d'inscription : 24/03/2005

MessageSujet: RESF   Lun 21 Aoû 2006 - 10:40

Paris, le 18 aout 2006

Communiqué de presse


La FCPE condamne les expulsions du « squat »de Cachan

Les parents d’élèves sont indignés par les conditions d’expulsion du « squat « de Cachan.
Fallait-il user de la force pour précipiter des centaines de parents et d’enfants en situation régulière dans des logements dits d’urgence.
Cela fait plus de deux ans que ces familles exigent un logement décent pour vivre dignement avec leurs enfants. Aucune solution alternative convenable n’a été proposée à chacune des familles durant tout ce temps et l’invocation d’un risque imminent de sécurité pour légitimer l’intervention des forces de l’ordre relève d’un profond cynisme.
A quelques jours de la rentrée scolaire, les enfants de ce squat sont éparpillés dans quatre départements, loin de leurs écoles d’affectation pour vivre dans de nouvelles conditions de précarité et d’incertitude.

Aucun enfant ne doit manquer l’école et nous appelons les parents et les enseignants à se mobiliser.

Il ne peut y avoir de politique d’éducation digne de ce nom si les enfants et leurs familles ne disposent pas de conditions de logement et d’existence à la hauteur de leurs besoins.

Nous rappelons notre opposition à toute forme d’expulsion pour tous les enfants scolarisés et leurs parents sans papiers et nous réclamons leur régularisation immédiate.

Contact presse : Laurence Guillermou, tel 01 43 57 16 16

Fédération des Conseils de Parents d'Elèves des Ecoles Publiques
108-110, av. Ledru Rollin – 75544 Paris Cedex 11 - Tél : 01.43.57.16.16. – Fax : 01.43.57.40.78.
Association loi 1901 reconnue d'utilité publique - Site Internet : http//www.fcpe.asso.fr – E-mail : fcpe@fcpe.asso.fr


Dernière édition par le Mer 6 Déc 2006 - 14:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://fcpe88.forumactif.com
FCPE Vosges

avatar

Nombre de messages : 1642
Localisation : VOSGES
Date d'inscription : 24/03/2005

MessageSujet: Re: RESF   Lun 4 Sep 2006 - 10:41

Communiqué de presse


Apres le Squat de Cachan, Siaka 2 ans, arraché à ses parents !

Les parents d'élèves sont scandalisés par l'arrestation des époux Doumbia et la séparation de leur enfant de deux ans Siaka, arraché des bras de sa mère et placé par décision du Procureur de la République en pouponnière.

La famille résidait dans le squat de Cachan et avait accepté d'être relogée dans un hôtel. Le 1er septembre lors d'une opération policière, des familles qui résidaient dans cet hôtel ont été expulsées, les familles en situation régulière ont été déplacées à nouveau vers d'autres hôtels, M et Mme Doumbia ont été placés en centre de rétention et séparés de leur bébé

Cette situation est humainement indigne.

Elle conforte notre sentiment que les expulsions du Squat n'étaient qu'un piège de plus contre les familles.

Nous exigeons la fin de la rétention des époux Doumbia et la restitution de leur bébé.

La FCPE exige le respect de la personne humaine.




Contact presse : Laurence Guillermou, tel 01 43 57 16 16


Fédération des Conseils de Parents d'Elèves des Ecoles Publiques

108-110, av. Ledru Rollin - 75544 Paris Cedex 11 - Tél : 01.43.57.16.16. - Fax : 01.43.57.40.78.

Association loi 1901 reconnue d'utilité publique - Site Internet : http//www.fcpe.asso.fr - E-mail : fcpe@fcpe.asso.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://fcpe88.forumactif.com
FCPE Vosges

avatar

Nombre de messages : 1642
Localisation : VOSGES
Date d'inscription : 24/03/2005

MessageSujet: Re: RESF   Mer 6 Sep 2006 - 11:06

Ci-dessous information du Réseau Education Sans Frontières (RESF)


Manifestation le samedi 9 septembre à 15 heures

Place de la République à Paris


UN LOGEMENT -- DES PAPIERS -- UNE ECOLE



Fédération des Conseils de Parents d'Elèves
Secrétariat Général
108 avenue Ledru-Rollin
75544 PARIS Cedex 11

Tél : 01.43.57.16.16 - Fax : 01.43.57.40.78
E-mail : fcpe@fcpe.asso.fr - Site : http://www.fcpe.asso.fr

________________________________

Citation :
De : immigration.jetable-bounces@rezo.net [mailto.jetable-bounces@rezo.net] De la part de DIABATE Sekou
Envoyé : mercredi 6 septembre 2006 09:09
À : LDH-REGION-IDF
Cc : Liste de travail du collectif Uni(e)s contre une immigration jetable
Objet : [Immigration.jetable] RE : [Resf.info] RESF IMPORTANT


MR a écrit :

Trois objets à ce communiqué :
1) Cet après-midi, visite de soutien d'artistes, de cinéastes, d'écrivains, de sportifs aux habitants du gymnase de Cachan. Entre autres, Stéphane Diagana, Charles Berling, Josyane Balasko, Valérie Lang, Yan Moix, Laurent Baffi, Omar et Fred, Patrick Rotman, Caroline Champetier, Mathieu Kassovitz (s'il y arrive à temps), Joey Star...

2) Siaka et ses parents M. et Mme Doumbia qui étaient séparés (les parents en rétention, l'enfant à l'orphelinat) vont être libérés. Halte au feu donc : inutile de continuer à bombarder le ministère de fax et mails et de coups de téléphone à ce sujet du moins.

3) Ci-dessous le communiqué qui commente la libération des parents Doumbia et annonce la manifestation de samedi. Elle doit absolument être un succès.

COMMUNIQUE
Adresse postale : C/o EDMP 8 Impasse Crozatier 75012 Paris - educsansfrontieres@free.fr / www.educationsansfrontieres.org
Contact sur ce dossier : Armelle Gardien 06 89 49 48 47, Pablo Krasnopolsky 06 33 53 62 21, Richard Moyon 06 12 17 63 81
6 septembre 2006
PARTIE DE CHASSE A L'ENFANT MALADE

Selon un communiqué publié mardi dans la soirée, le ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy « a décidé d'accorder un titre de séjour temporaire à un couple de Maliens expulsés du squat de Cachan et placés en centre de rétention sans leur enfant de deux ans ». M. Sarkozy "a été personnellement informé de la situation des époux Doumbia. Ces ressortissants maliens, [...] ont fait l'objet d'un arrêté préfectoral de reconduite à la frontière le 31 août dernier et ont été placés dans un centre de rétention administrative. Leur enfant, né en 2004 en France, a alors été accueilli par le service de l'aide sociale à l'enfance, à Vitry", selon le texte. Le ministère a néanmoins relevé un "élément nouveau" qui amène M. Sarkozy à accorder, "à titre humanitaire, une autorisation de séjour temporaire à M. et Mme Doumbia". "L'état de santé de leur enfant est d'une exceptionnelle gravité, comme l'atteste l'hôpital Robert Debré. Cette maladie nécessite des soins dont il n'est pas certain qu'ils puissent être correctement assurés, à court terme, au Mali", selon le texte. "Dès lors qu'il n'est pas envisageable de séparer la famille, il est préférable d'autoriser M. et Mme Doumbia à séjourner en France, aux côtés de leur enfant, pendant toute la durée nécessaire aux soins de celui ci", estime le ministère.
Le communiqué de M. Sarkozy est mensonger de bout en bout. Il fait semblant de s'alarmer de la séparation des parents et de l'enfant malade. Or, celle-ci a été décidée en toute connaissance de cause par le préfet du Val de Marne (qui dans cette affaire ne prend pas la moindre initiative sans en référer au ministre) le 1er septembre. Dans la soirée, le Juge des libertés et de la détention de Meaux demandait la libération de la famille Doumbia pour permettre la réunification de la famille. Le Procureur, représentant de l'Etat, s'y opposait, formulant un appel suspensif qui aboutissait à maintenir les parents en rétention et le petit Siaka à l'orphelinat. La cour d'appel de Paris, pourtant une nouvelle fois informée de l'état de santé et des risques encourus par l'enfant par un courrier du docteur Denkerous de l'hôpital Robert Debré entérinait le maintien en rétention des parents et le placement de l'enfant.
Ainsi, ce sont l'ensemble des rouages de l'état, le Ministre qui l'a décidée, le préfet qui l'a organisée, la justice (à l'exception du JLD de Meaux) qui l'a entérinée qui ont trempé dans la persécution de Siaka et de ses parents. En réalité, l'opération devait servir d'avertissement aux familles sans papiers qui seraient tentées de cacher leur enfants : le ministre de la chasse à l'enfant entendait montrer qu'il ne se laisserait arrêter par rien. La préoccupation humanitaire ne lui est venue que lorsque que l'affaire s'est ébruitée, que des journalistes ont demandé des explications, que des citoyens alertés ont envoyé des mails, expédié des fax, passé des coups de téléphone, que des personnalités connues ont dit leur dégoût dans les médias. Alors, mais alors seulement, « l'indulgence » est venue à l'ogre des Carpates : il a décidé de restituer l'enfant à ses parents qui seront régularisés.
Happy end ? Peut-être, pour un cas. Mais il en reste des centaines à Cachan et des dizaines de milliers dans le pays. Il faut faire reculer l'injustice et l'oppression.
MANIFESTATION SAMEDI 9 SEPTEMBRE A 15 HEURES PLACE DE LA REPUBLIQUE A PARIS
UN LOGEMENT -- DES PAPIERS -- UNE ECOLE

_______________________________________________
Resf.info@rezo.net - http://listes.rezo.net/mailman/listinfo/resf.info



_______________________________________________
* Immigration.jetable@rezo.net
* abonnement/desabonnement via le web a http://listes.rezo.net/mailman/listinfo/immigration.jetable/
* abonnement par mail : ecrire a immigration.jetable-on@rezo.net
* desabonnement par mail : ecrire a immigration.jetable-off@rezo.net
* Pétition à signer sur http://www.contreimmigrationjetable.org

_________________
Heures de cours perdues ?

Signalez tout remplacement de cours non effectué sur le site : http://ouyapacours.fcpe.asso.fr/



Dernière édition par FCPE Vosges le Mer 29 Mai 2013 - 9:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://fcpe88.forumactif.com
FCPE Vosges

avatar

Nombre de messages : 1642
Localisation : VOSGES
Date d'inscription : 24/03/2005

MessageSujet: Re: RESF   Lun 16 Oct 2006 - 10:39

13 octobre 2006


COMMUNIQUE RESF


SUZILENE, 18 ANS, EXPULSEE PAR CHARTER SECRET




Suzilène, lycéenne Capverdienne de 18 ans et demi, élève du LP Valmy à Colombes (92) a été expulsée hier, 12 octobre, au bout de douze jours de rétention.

Dans cette affaire, le ministère de l'Intérieur a donné toute sa mesure. D'abord en arrachant à sa mère et à son petit frère une toute jeune majeure et en l'exilant dans un pays où elle n'a plus d'autre attache que sa grand-mère de 83 ans.

Ensuite en maniant l'insinuation et la calomnie comme le font systématiquement, dès qu'il y a mobilisation le cabinet du ministre et les préfets sous l'égide de Monsieur Sarkozy. Suzilène a, en effet, été présentée comme une « délinquante », ce qu'elle n'est pas, ses enseignants et ses camarades en témoignent. Ce dont on l'accuse est du domaine de l'intime et ne mérite certainement pas le bannissement ni n'autorise les préfets, et les bien pensant qui entourent le ministre, à faire les poubelles, à porter atteinte à la vie privée d'une gamine de 18 ans et à colporter des ragots.

De la même façon, sous la houlette de M. Sarkozy, la police prend des habitudes de police secrète : les retenus disparaissent, ignorant le lieu où ils sont conduits, celui où ils se trouvent. Au contraire, de fausses informations destinées à égarer ceux qui les soutiennent leur sont communiquées. C'est ainsi qu'il a été dit à Suzilène qui l'a répété au téléphone à l'un de ses enseignants, qu'elle atterrirait à Lisbonne à 18h20 : c'était orienter délibérément sur une fausse piste les élèves et les professeurs désireux de la soutenir. De fait, plusieurs dizaines d'entre eux, des syndicalistes d'Air France, le sénateur Jean Desessard se sont retrouvés à Orly-Ouest pour manifester pendant deux heures et interpeller les passagers du vol de 17h10 à destination de Lisbonne. Suzilène n'était pas à bord mais son expulsion ne s'est pas faite sans tapage.

En fait, selon les policiers présents à Orly, elle aurait été expulsée à 14h30 sur un avion militaire, en compagnie d'autres expulsés. Un charter secret !

Enfin, alors même que Suzilène est au Cap-Vert d'où elle a téléphoné à sa mère, le ministère de l'Intérieur continue de mentir en faisant répondre par ses employés (certains de bonne foi) à ceux qui l'interpellent que la décision d'expulsion n'a pas encore été prise et que des réunions se tiennent à ce sujet.

Cela étant, il n'est pas dit, loin de là, que le ministre de la Chasse à l'enfant ait gagné la partie. Le lycée Valmy reste plus que jamais en grève. Une réunion intersyndicale est prévue le 13 dans l'après-midi pour mettre en place l'extension de la mobilisation. Il est, en effet, inenvisageable que des élèves soient expulsés. M. Sarkozy vient de montrer qu'il ne recule devant rien pour braconner quelques voix à l'extrême-droite. La seule protection qui vaille maintenant pour les élèves et les parents menacés est leur régularisation immédiate et sans condition. N'en déplaise au gouvernement !

_________________
Heures de cours perdues ?

Signalez tout remplacement de cours non effectué sur le site : http://ouyapacours.fcpe.asso.fr/

Revenir en haut Aller en bas
http://fcpe88.forumactif.com
FCPE Vosges

avatar

Nombre de messages : 1642
Localisation : VOSGES
Date d'inscription : 24/03/2005

MessageSujet: Re: RESF   Mer 6 Déc 2006 - 14:41

message à relayer vite
----- Original Message -----
From: Resf
To: resf.info@rezo.net
Sent: Tuesday, December 05, 2006 5:36 PM
Subject: [Resf.info] RESF URGENT ET IMPORTANT les RABA en cours d expulsion


Après 20 jours de rétention et l’échec d’une première tentative d’expulsion particulièrement violente de la famille Raba, le ministre de la chasse à l’enfant récidive : il se prépare à chasser les parents et les enfants sur un avion militaire pour une destination où le pire les attend peut-être.

On ne dispose plus que de quelques heures pour tenter de sauver la famille RABA et ses trois enfants (Qirim 7, Dashnor 4 et Dashrujé 3 ans). Il s’agit d’une famille Kosovare qui a refusé de participer à des exactions anti-serbes à la fin de la guerre du Kosovo et qui, depuis est persécutée par les anciens de l’UCK devenus policiers. La menace sur leur vie est très réelle en cas de retour au pays. Ils ont demandé le statut de réfugié en 2001. Tout les frères et sœurs de M. Raba l’ont obtenu, pas eux.

Le 17 novembre, ils étaient arrêtés à Gray, petite ville de Haute-Saône où ils s’étaient établis et où les enfants étaient scolarisés. Le 2 décembre après 17 jours dans les horreurs de la République que sont les centres de rétention, ils étaient expédiés sur Paris en vue de leur expulsion sur Pristina. Deux passagers du vol Lyon Paris, (dont un élu du Conseil régional) qui exprimaient leur opinion sur le spectacle qu’Air France leur mettait sous les yeux étaient, plaqués au sol et menottés avant d’être mis en garde à vue.

A Roissy, en voyant l’avion qui devait les faire disparaître, Madame Raba s’est débattue avec l’énergie du désespoir tandis que son mari était maintenu saucissonné et bâillonné dans une autre voiture avec ses enfants. Outré de ce qu’il voyait, le commandant de bord a refusé l’embarquement.

Ce matin, 5 décembre, les Raba étaient présentés à la cour d’appel du juge des libertés qui a décidé de les maintenir 5 jours de plus en rétention, ouvrant ainsi la voie à une expulsion quasi certaine : la préfecture de Haute-Saône a fait savoir qu’ils seraient montés dans un avion militaire venu de Villacoublay mercredi 6 décembre à 10h15. Bien sûr, rien ne garantit que la police aux frontières et le préfet ne mentent pas.

A l’heure où nous écrivons, au lieu d’être ramenée au centre de rétention de Lyon comme le prétendait la police, la famille a disparu. Selon certaines rumeurs, elle serait en route pour Toulouse, pour la couper de ses soutiens.

Le RESF appelle tous les enseignants de ce pays à consacrer quelques instants à parler des droits de l’Homme et de l’Enfant à partir de l’exemple de la famille Raba. Il appelle d’autre part les enseignants à se rassembler avec les élèves dans la cour des établissement à 10h15 (heure annoncée du décollage de la prison volante du gouvernement) afin d’avoir une pensée pour les enfants et les parents bannis. Il appelle enfin les enseignants de tous les établissements à disposer en évidence dans le hall des écoles, dans les salles de classer, dans les réfectoires et les CDI trois chaises vides portant une affichette avec le prénom et l’âge de chacun des enfants. Et ce sera ainsi à chaque fois que le ministre de la chasse à l’enfant sévira.

Les photos des enfants sont disponibles à l’adresse http://www.educationsansfrontieres.org/message.php3?id_message=430



De plus, le RESF appelle tous ceux qui le peuvent à faire connaître leurs réactions aux responsables : le préfet de Haute-Saône, le ministre de la Chasse à l’enfant, le premier ministre, le ministre des Affaires étrangères et la Minuk (afin que les Raba aient une chance d’être protégés si par malheur le gouvernement s’entêtait)



Attachés parlementaires

frederic.lefebvre@interieur.gouv.fr
constance.le-grip@interieur.gouv.fr
emilie.berger@diplomatie.gouv.fr
gael.morand@diplomatie.gouv.fr
florence.berthout@pm.gouv.fr
marion.delaigue-natali@pm.gouv.fr
laetitia.de-la-maisonneuve@pm.gouv.fr
bruno.souchon@pm.gouv.fr



Cabinets ministériels


frederic.lefebvre@interieur.gouv.fr
constance.le-grip@interieur.gouv.fr
emilie.berger@diplomatie.gouv.fr
gael.morand@diplomatie.gouv.fr
florence.berthout@pm.gouv.fr
marion.delaigue-natali@pm.gouv.fr
laetitia.de-la-maisonneuve@pm.gouv.fr
bruno.souchon@pm.gouv.fr

claude.gueant@interieur.gouv.fr
jacques.geraultt@interieur.gouv.fr

laurent.sollyt@interieur.gouv.fr


dominique.de-villepin@pm.gouv.fr
bruno.le-maire@pm.gouv.fr

michel.cadot@pm.gouv.fr

Henri-michel.comet@pm.gouv.fr

lionel.beffre@pm.gouv.fr

pierre.vimont@diplomatie.gouv.fr
frederic.dore@diplomatie.gouv.fr

christian.abrard@diplomatie.gouv.fr

emilie.berger@diplomatie.gouv.fr

michele.alliot@defense.gouv.fr

philippe.marland@defense.gouv.fr


Macedoine :
ambassadeur bernard.valero@diplomatie.gouv.fr
consul : consul@ambafrance-mk.org
ou : pierre.rannou@diplomatie.gouv.fr
Serbie:
Ambassadeur : hugues.pernet@diplomatie.gouv.fr
Consulat : ambafr_1@EUnet.yu

Fax préfecture HAUTE Saône : 03 84 76 49 60

Téléphone : (33) 03 84 77 70 00

Télécopie : (33) 03 84 76 49 60

francis.lamy@haute-saone.pref.gouv.fr

norbert.viennot@haute-saone.pref.gouv.fr (celui qui traite les dossiers)

prefecture@haute-saone.pref.gouv.fr



--------------------------------------------------------------------------------

_______________________________________________
Resf.info@rezo.net - http://listes.rezo.net/mailman/listinfo/resf.info


Dernière édition par FCPE Vosges le Mer 29 Mai 2013 - 9:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://fcpe88.forumactif.com
FCPE Vosges

avatar

Nombre de messages : 1642
Localisation : VOSGES
Date d'inscription : 24/03/2005

MessageSujet: Re: RESF   Ven 23 Mar 2007 - 12:28

Paris, le 22 mars 2007



Communiqué de presse



La FCPE n'accepte aucune forme de violence devant les écoles

La FCPE porte haut et fort l'appel du RESF : « Laissez-les grandir ici ! »

Lundi 19 mars des policiers sont venus arrêter une femme en situation irrégulière qui attendait une petite fille à la sortie d'une école du 19ème arrondissement de Paris, sans se préoccuper de l'enfant qu'ils laissaient seule derrière eux.

Mardi 20 mars, des policiers ont décidé d'arrêter le grand-père sans papiers de deux enfants scolarisés dans le même quartier. Alors que des militants du RESF et des parents tentaient de s'y opposer, les policiers ont fait usage de gaz lacrymogènes, à deux pas de l'école, à l'heure de la sortie.

Comment peut-on oser utiliser des gaz lacrymogènes aux abords immédiats d'une école ?

Comment peut-on prétendre arrêter un adulte à la sortie d'une école sans se préoccuper de l'enfant qu'il venait chercher ?

La FCPE appelle les parents d'élèves à se mobiliser devant les écoles pour empêcher que de telles scènes ne se reproduisent et que des enfants scolarisés en France ne soient expulsés.

Contact presse : Laurence Guillermou, tel 01 43 57 16 16
Revenir en haut Aller en bas
http://fcpe88.forumactif.com
FCPE Vosges

avatar

Nombre de messages : 1642
Localisation : VOSGES
Date d'inscription : 24/03/2005

MessageSujet: Re: RESF   Mer 10 Oct 2007 - 12:51

Xavier Darcos a adressé fin septembre au recteurs et inspecteurs d’académie à propos de l’inscription à l’Ecole des enfants de familles en situation irrégulière. Il y rappelle que l’inscription ne dépend pas de la régularité de la situation des parents et qu’il n’appartient pas à l’Education nationale de la vérifier.

_________________
Heures de cours perdues ?

Signalez tout remplacement de cours non effectué sur le site : http://ouyapacours.fcpe.asso.fr/

Revenir en haut Aller en bas
http://fcpe88.forumactif.com
FCPE Vosges

avatar

Nombre de messages : 1642
Localisation : VOSGES
Date d'inscription : 24/03/2005

MessageSujet: Re: RESF   Ven 2 Mai 2008 - 16:48

P655 - Pétition pour Kastriot, Sédone, Alketa et leurs parents





La famille VEZELI est arrivée en France en 2005 pour fuir les violences qu’ils subissaient au Kosovo. Depuis 3 ans, Kastriot, Sedone et Alketa sont scolarisés à Gérardmer. Actuellement, ils sont à l’école Jules Ferry en CE2, CP et Grande section de Maternelle.
Depuis leur arrivée, Fatime et Mentor, les parents, n’ont pas cessé d’entreprendre des démarches pour essayer de prouver les violences qu’ils ont subis afin de rester ici légalement et pouvoir enfin élever leurs enfants en toute quiétude. Toutes leurs demandes ont été rejetées.
Le 22 avril à l’aube, toute la famille a été emmenée de force au Centre de rétention de Metz : ils risquent une expulsion imminente.
Nous trouvons qu’il est intolérable et inhumain de renvoyer des enfants dans un pays où leur famille est en danger. Kastriot, Sedone et Alkera ont toujours été scolarisés en France, ils ne connaissent plus le pays où l'on veut les conduire. Ici, ils ont leurs copains, leur école, leur vie. Il ne leur manque que la certitude de pouvoir les retrouver à la rentrée des vacances de ¨Printemps.
Nous demandons au Préfet des Vosges, Monsieur Albert DUPUY, qu’il procède à la libération immédiate de cette famille et qu’il lui attribue un titre de séjour.


Vous pouvez signer et faire signer cette pétition à l'adresse suivante (faire un copié/collé dans la barre d'adresse) :

http://www.educationsansfrontieres.org/?article12998


FCPE - CDPE 88
Paul RAOULT
Président départemental
06 81 64 25 55

_________________
Heures de cours perdues ?

Signalez tout remplacement de cours non effectué sur le site : http://ouyapacours.fcpe.asso.fr/

Revenir en haut Aller en bas
http://fcpe88.forumactif.com
FCPE Vosges

avatar

Nombre de messages : 1642
Localisation : VOSGES
Date d'inscription : 24/03/2005

MessageSujet: Re: RESF   Ven 18 Nov 2011 - 9:53

Nous vous transmettons cette information de RESF qui organise dimanche prochain 20 novembre (à 16h) un rassemblement place de l’Hôtel de Ville à Paris à l’occasion de la journée mondiale des droits de l’enfant, pour refuser l’enfermement des enfants de sans-papiers.




Journée Mondiale de défense et de promotion

des droits de l'enfant

Soyons nombreux, parents, enfants, citoyens, élus, à dire

NON à l’enfermement des enfants et de leurs parents sans papiers dans les

Centres de Rétention Administrative (CRA)



NON au démembrement des familles

NON aux maltraitances infligées aux enfants et à leurs parents demandeurs d’asile


Le nombre de mineurs étrangers privés de liberté en raison de leur situation administrative ou de celle de leurs parents ne cesse d’augmenter.

En France métropolitaine, le nombre d’enfants enfermés en centre de rétention est passé entre 2004 et 20010, de 165 à 358 (dont 80% avait moins de dix ans), 700 mineurs ont été retenus en 2009 dans les zones d’attente des aéroports. En Guyane, Guadeloupe et Mayotte, le chiffre s’élèverait à plus de 7000 enfants.

L’Etat français, pour atteindre en fin d’année le record de 30 000 expulsions d’étrangers, bafoue sa signature de la Convention internationale des droits de l’Enfant, ratifiée par la France en 1995.

Des enfants, nés pour certains d’entre eux en France et scolarisés, sont arrêtés brutalement, leurs parents menottés, rudoyés, humiliés sous leurs yeux et placés en rétention. Le passage au centre de rétention, véritable prison, est un grave traumatisme pour ces enfants, aux effets pathologiques immédiats, et aux conséquences parfois irréversibles. Avec leurs parents, ils subissent les espoirs et déceptions des décisions de justice. Libérés, ils se retrouvent privés d’hébergement et trop d’entre eux doivent dormir dans la rue avec leurs parents. D’autres familles sont expulsées vers des pays que les enfants n’ont parfois jamais vus et dont ils ne parlent pas la langue. Des familles sont démembrées, le père ou la mère brutalement expulsé à des milliers de kilomètres tandis que l’un des parents et les enfants restent ici, souvent dans la misère et meurtris à vie.

LES ENFANTS A L’ECOLE ET PAS EN RETENTION

Vies sans papiers ! Vies brisées ! Vies sans papiers ! Vies brisées

LA CHASSE A L’ENFANT DOIT CESSER !

Parvis de l’Hôtel de ville de Paris

Rassemblement à l’appel du RESF

Dimanche 20 novembre 16 heures

Les enfants enverront leur message de solidarité aux enfants qui ont étéplacés en rétention et/ou expulsés.

_________________
Heures de cours perdues ?

Signalez tout remplacement de cours non effectué sur le site : http://ouyapacours.fcpe.asso.fr/

Revenir en haut Aller en bas
http://fcpe88.forumactif.com
FCPE Vosges

avatar

Nombre de messages : 1642
Localisation : VOSGES
Date d'inscription : 24/03/2005

MessageSujet: Re: RESF   Mer 29 Mai 2013 - 10:22

COMMUNIQUE COMMUN
FCPE, FSU, CGT Educ’action, SNUIPP-FSU, Sud-Education
CIMADE, GISTI, LDH, MRAP, RESF
14 mai 2013
L’ARRESTATION DES ENFANTS DE SANS-PAPIERS DANS LES ECOLES
EST-ELLE LEGITIME SELON LE MINISTRE DE L’INTERIEUR MANUEL VALLS ?

La question mérite en tout cas d'être posée suite aux événements survenus la semaine dernière dans une école de Nîmes.

Le 6 mai, Khava Plieva, réfugiée tchétchène déboutée de sa demande d’asile était arrêtée et placée en rétention pour être expulsée vers la Pologne en application des accords dits Dublin 2. Ses deux enfants étaient en classe, à l’école Gustave Courbet à Nîmes, l’un en maternelle, l’autre en primaire. La police téléphonait aux directeurs pour leur demander de retenir les enfants afin qu’ils soient arrêtés après la sortie des élèves, sans doute pour ne pas procéder à leur interpellation sous les yeux des autres enfants et des parents.

Mais, un voisin, dûment autorisé par la mère des enfants, s’est présenté et les a emmenés. Il faut se réjouir que l’intérêt supérieur des enfants soit passé avant les considérations policières et qu’ils n’aient pas attendu pour être emprisonnés avec leur mère. Arrivés avec deux voitures et un fourgon les policiers ont dû constater leur absence.
La préfecture du Gard a finalement reculé : Khava Plieva a été libérée après 48 heures de rétention, le 8 mai vers 21 h, une mesure prise « dans l’intérêt supérieur des enfants » assure le préfet. Une préoccupation étonnante de la part d’un haut fonctionnaire qui venait d’emprisonner une mère et de tenter de faire arrêter ses enfants à la porte de l’école pour les enfermer avec elle avant de les expulser. Mère qui aujourd’hui craint de ramener ses enfants à l’école par peur d’une interpellation.

S’il s’agit d’une initiative malheureuse d’un préfet, il faut que le ministre la condamne et annonce les mesures propres à empêcher qu’elle se reproduise. Ne pas le faire reviendrait à autoriser que l'on arrête des enfants de sans-papiers dans les écoles, une pratique qui évoque de bien mauvais souvenirs. Rappelons que, quand il était Ministre de l'Intérieur M. Sarkozy avait tenté de systématiser le procédé. L'indignation des enseignants, des parents d'élèves l'avait contraint à pratiquement y renoncer tout comme ses successeurs Hortefeux et Besson. Les dernières opérations de police connues aux abords d’une école, des faits isolés en réalité, datent du 1er décembre 2008, à Grenoble, puis du 7 janvier 2011 à Langeac (43).

La pratique de l’arrestation des enfants dans ou à la porte des écoles est inacceptable. La société civile ne l’a pas tolérée sous Nicolas Sarkozy. Ce n’est pas plus acceptable aujourd’hui.


RESF
Richard Moyon
06 12 17 63 81

_________________
Heures de cours perdues ?

Signalez tout remplacement de cours non effectué sur le site : http://ouyapacours.fcpe.asso.fr/

Revenir en haut Aller en bas
http://fcpe88.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: RESF   

Revenir en haut Aller en bas
 
RESF
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Réflexions des Parents d'Elèves :: Le conseil départemental des Vosges :: Communiqués de presse-
Sauter vers: